Culture & Révolution

Sommaire

Liste par thèmes

 

Journal de notre bord

Lettre n°38 (le 31 octobre 2003)

Bonsoir à toutes et à tous

Le gouvernement offre un spectacle de décrépitude et de
bêtise réactionnaire encore plus sinistre qu'Halloween. En
théorie, les marionnettes gouvernementales du Medef
devraient continuer à sévir dans le castelet de Matignon
pendant encore quatre ans. Que faire pour sortir ou aider à
s'en sortir ces " gouvernants " ? Sarkozy adore la Corse. Au
lieu de le laisser faire des allers et retours coûteux entre
Paris et l'île de Beauté, pourquoi ne pas lui donner
l'occasion de retaper une vieille bergerie en ruines dans le
maquis corse et de nous laisser tranquille définitivement ?

On ne peut rien proposer à Luc Ferry, même pas d'être prof,
il serait trop nul. Surtout en ZEP. Il contribue à
discréditer le gouvernement en n'ayant pas démissionné après
le mouvement de mai-juin, ce qui n'est déjà pas si mal. Son
épouse se rend parfois en Rolls au ministère de l'Éducation
nationale. Bravo. Cela donne le sens des valeurs et du baume
au coeur à " notre jeunesse en plein désarroi qui perd ses
repères, etc. ".

Villepin vient d'obtenir le Prix de la Langue française à la
foire du livre de Brive pour un gros pavé indigeste de 800
pages sur la poésie. Il pourrait décrocher complètement de
son poste au Quai d'Orsay pour écrire des polars. Il
obtiendrait facilement le prix du Quai des Orfèvres.

Que faire de Raffarin ? Je me demande s'il ne devrait pas
prétendre à la succession de Jean-Paul II et Bernadette
Chirac à celle de mère Térésa. " Jean-Pierre Premier " et
" Sainte Bernadette n°2 ", ça contribuerait sacrément au
rayonnement de l'UMP.

Et Chirac dans tout cela ? Même pas capable d'inaugurer les
chrysanthèmes, et pourtant ce serait le moment. À force
d'être inexistant, il va être remplacé par Évelyne Thomas
qui anime l'émission " C'est mon choix " et que des maires
veulent statufier pour incarner Marianne.

Dans l'ensemble ce gouvernement et ses satellites sont d'une
telle nullité qu'on devrait en rire à gorge déployée si la
météo n'était pas aussi mauvaise, la misère aussi galopante
et les vagues de licenciements à ce point catastrophiques.
Quand le rire se mêlera à la colère chez des millions de
travailleurs, il ne sera pas difficile de nous débarrasser
de toute cette bande et du Medef avec.

_____________________________________________________

Gonflé à bloc
Droit à la paresse
Ce que je ne peux pas vous dire
France, Brésil, Palestine, Chili...
Avant qu'il ne soit trop tard
Recherches
Classification et évolution
Gauguin
Pink Floyd
In situ
______________________________________________________


GONFLE À BLOC
Derrière le blabla de Chirac sur " la fracture sociale ", il
y a la facture patronale, et elle est drôlement salée ! Le
grand chantier de démolition sociale tous azimuts est en
route plein pot : les retraites, la sécurité sociale,
l'allocation spécifique de solidarité, la Couverture Maladie
Universelle, les services publics, les emplois... Tout cela
doit être supprimé, rogné, bradé, liquidé pour renflouer les
capitalistes. Les gros entrepreneurs constituent une
catégorie qu'il faut particulièrement bichonner et bien
rémunérer vient de déclarer à sa façon Ernest-Antoine
Seillère, président du Medef, lequel a gagné 1,37 million
d'euros en 2002 au titre de président de Wendel
Investissement. C'est pas le mieux payé mais il est
solidaire des patrons du CAC 40 qui ont gagné 1,8 million
d'euros en 2002. Il s'est déclaré résolument hostile à un
plafonnement de leurs revenus. Son argument : " Si les
grands patrons sont payés comme des parlementaires [environ
10 500 euros par mois, une misère...] vous n'aurez plus une
seule grande entreprise en France. " Lourde allusion au fait
que ces patrons quitteraient l'hexagone. Eh bien, chiche !
Partez capitalistes, débarrassez le plancher ! On bloque vos
capitaux et on va s'en occuper de " vos grandes entreprises ".
Car franchement vous nous coûtez trop cher, au sens
propre comme au sens figuré.


DROIT À LA PARESSE
Salut à toi, oh, " Saint André des Arts " ! Rassurez-vous,
l'auteur de cette lettre n'a aucun penchant mystique mais
vous invite fortement à vous rendre au cinéma Saint-André-
des-Arts à Paris dans la Quartier Latin pour voir le film
" Attention Travail Danger ! " de Pierre Carles. Si ce film
passe également dans certaines salles de province, tant
mieux mais ce n'est pas sûr. Ce film anticonformiste
comporte des séquences très drôles, avec un morceau
d'anthologie d'une guest star à la tribune du Medef,
l'ineffable Jean-Pierre Raffarin louant les vertus du
travail.

Le film aurait pu s'intituler " Le droit à la paresse "
comme le célèbre pamphlet de Paul Lafargue, militant
révolutionnaire qui était aussi le gendre et l'ami de Karl
Marx. Il contrecarre les discours officiels et
conventionnels glorifiant le travail au travers de
reportages et témoignages de salariés ayant décrochés,
volontairement ou involontairement, de l'exploitation
salariale. Tout ce qui est exprimé dans ce film mérite
d'être vu, entendu et débattu. Écrivez-nous après l'avoir vu
et on en reparle.


CE QUE JE NE PEUX PAS VOUS DIRE
Que se passe-t-il dans les collèges, dans la tête de
certains collégiens, dans leurs relations entre eux, avec
les professeurs et avec l'administration ? On peut découvrir
de grands pans de cette réalité en lisant le recueil de
vingt-six interviews de collégiens et collégiennes réalisés
par Marie-Thérèse Cuny intitulé " Ce que je ne peux pas vous
dire " (Pocket). C'est touchant, c'est drôle, c'est
inquiétant et parfois carrément effrayant sur l'état de la
société actuelle. Après chaque interview, Sylvie Angel,
pédopsychiatre, apporte des commentaires souvent judicieux
et des conseils aux parents qui paraissent parfois bien
dérisoires devant l'étendue des problèmes.


FRANCE, BRÉSIL, PALESTINE, CHILI...
Dans le numéro 27 de la revue Carré rouge qui vient de
sortir, vous trouvez des articles qui font réfléchir sur la
France, le Brésil, la Palestine, le coup d'État de Pinochet
et sur l'état du monde. Un article sur la situation du
peuple palestinien est d'autant plus poignant qu'il est un
des derniers qu'Edward Saïd ait écrit avant sa disparition.

Rappel : Sur notre site nous avons rendu compte de deux
livres d'Edward W. Saïd, son autobiographie " A contre-voie
" et ses dialogues avec le pianiste et chef d'orchestre
Daniel Barenboïm " Parallèles et Paradoxes ".


AVANT QU'IL NE SOIT TROP TARD
Le roman de Philip Roth, " La tache " (Gallimard) est un des
meilleurs romans contemporains que nous ayons eu l'occasion
de lire depuis un an. Ce roman très riche humainement,
percutant contre les hypocrisies sociales, vient d'être
adapté au cinéma. Nous n'avons pas vu ce film mais nous
sommes persuadés qu'il faut absolument lire le livre avant
d'aller voir le film. Sans être hostiles a priori aux
adaptations cinématographiques de grandes oeuvres
littéraires, il nous semble bien dommage de se priver du
plaisir irremplaçable de la lecture de l'oeuvre originale.
Ceci vaut également pour le grand roman de Roger-Martin Du
Gard, " Les Thibault " qui a été transposé pour la
télévision en quatre épisodes.


RECHERCHE
Le numéro de " La Recherche " de novembre nous a beaucoup
plu. Il y a cinquante ans un jeune chercheur de 23 ans,
Stanley Miller, réalisait en laboratoire un équivalent de ce
qu'on pensait être " la soupe primitive ". On appelle ainsi
l'atmosphère initiale régnant sur la terre, avec de
l'ammoniac, de l'hydrogène, du méthane et des décharges
électriques, qui a permis l'apparition de la vie. La
Recherche a interviewé Miller récemment. En bon
scientifique, il apporte des compléments et des
rectificatifs fondés sur les découvertes intervenues depuis
son expérience de 1953. A la question : " Pensez-vous que
nous sommes proches de la compréhension des origines de la
vie ? ", il répond : " Non, nous en sommes encore éloignés.
En revanche, je n'ai aucun doute sur le fait que nous
comprendrons un jour. Depuis cinquante ans, nous avons
énormément progressé, nous disposons de beaucoup plus
d'éléments. "

Il y a du neuf sur les causes de la migraine qui n'est ni un
truc pas sérieux ni une maladie mentale. Aux dernières
nouvelles (scientifiques), cette maladie ne serait pas due à
une contraction des vaisseaux sanguins mais aurait une
origine neuronale.

Un autre article parle des oiseaux qui s'orientent non pas
grâce à des facultés magnétiques mais... au pif ou si vous
préférez par olfaction.

Il nous reste à lire le dossier sur " Les OGM face aux
réalités agricoles " et l'article sur des petits coléoptères
africains, les bombardiers. Les " créationnistes " qui
voient partout la main de leur Dieu à l'oeuvre ont essayé de
s'annexer ces petites bêtes, en vain. Aucune espèce ne se
laisse faire par cette bande de réactionnaires anti-
évolutionnistes.


CLASSIFICATION ET ÉVOLUTION
Les éditions du Pommier lancent une collection à petits prix
de livres de chercheurs rendant compte de l'état du savoir
dans leur domaine. Hervé Le Guyader est un des grands
spécialistes de la biologie évolutive. Il a publié avec
Guillaume Lecointre une passionnante mais parfois difficile
" Classification phylogénétique du vivant " (Belin, 2001).
Son petit livre " Classification et évolution " fait le
point de façon accessible sur l'évolution historique de la
classification des espèces et sur les progrès réalisés grâce
à la biologie moléculaire.


GAUGUIN
Il est assez révoltant qu'en 2003, il y ait encore des
journalistes ou des critiques d'art se permettant de faire
les malins en montrant du doigt les comportements de Gauguin
comme contraire à la bonne morale. Olivier Céna nous a
infligé un article de cette sorte dans Télérama, et dans le
supplément télé du Monde du 18 octobre, un article a pu être
sous-titré : " Un portrait du peintre voyou [sic] en quête
du " sauvage " et du " primitif ". Cette mise au point étant
faite, nous n'avons plus qu'à nous émerveiller devant
l'exposition de ses oeuvres, au Grand Palais à Paris,
intitulée " Gauguin-Tahiti, l'atelier des Tropiques ".
Elle se déroule jusqu'au 19 janvier.

Un de ses grands chefs d'oeuvre " D'où venons nous ? Que
sommes nous ? Où allons nous ? " a été prêté par le Museum
of Fine Arts de Boston. Tous les portraits d'hommes ou de
femmes de Tahiti ou des îles Marquises sont emprunts de
dignité, de mélancolie et d'une sorte de noblesse
langoureuse. Travail stupéfiant sur les couleurs, nouveauté
des formes y compris dans ses sculptures sur bois, Gauguin
l'audacieux a ouvert les portes que franchiront Matisse,
Bonnard, Picasso, Modigliani...

Sur cette exposition, on lira avec intérêt et sans se
ruiner, le hors-série de la revue " Beaux-Arts " avec des
oeuvres de l'exposition commentées, l'article de Jérôme
Coignard dans " Connaissance des Arts " d'octobre ou encore
le petit livre de Claire Frèches-Thory, (Découvertes-
Gallimard). La biographie ancienne mais très vivante de
Gauguin par Henri Perruchot (Livre de poche) doit se trouver
facilement chez les bouquinistes.


PINK FLOYD
Il était une fois, dans les dernières décennies du XXe
siècle, un groupe musical anglais très imaginatif s'appelant
les Pink Floyd. D'aucuns et d'aucunes peuvent estimer que ce
groupe d'une autre époque a été complètement ringardisée par
tous les DJs d'aujourd'hui. Pour vérifier ce qu'il en est,
la visite de l'exposition sur les Pink Floyd à la Cité de la
Musique à Paris est des plus instructive et plaisante. Des
grosses baudruches accueillent les visiteurs dès l'entrée,
des textes des chansons des Pink Floyd sont reproduits sur
des portes vitrées et une intéressante bande vidéo dans le
hall permet de comprendre les préoccupations musicales des
musiciens du groupe, sans nous enliser dans des anecdotes
extra-artistiques. L'exposition proprement dite bénéficie
des prêts de toutes sortes d'objets et documents par les
membres du groupe lui-même : vieux synthés, vieil orgue
Hammond, photos, décors, etc. Les changements d'inspiration
et d'orientation du groupe suivent de fait les changements
sociaux majeurs. Il y a des cabines d'écoute pour apprécier
les albums des Pink Floyd dans les meilleures conditions.
Ecoutez " The Great Gig In The Sky " chanté par Clare Torry
(album The Dark Side of The Moon, EMI) : vous aurez le
frisson.


IN SITU
Depuis la dernière lettre nous avons mis en ligne un texte
intitulé " Faire payer les riches en grec ancien ". Sa
lecture permettra à chacun de constater qu'entre Périclès et
Chirac, y-a pas photo... Dans les jours qui viennent nous
mettrons en ligne des points de vue sur le roman " La tache
" de Philip Roth, et sur les films " Dirty Pretty Things "
et " Depuis qu'Otar est parti... ".


Portez-vous bien

Samuel Holder 
_______________________________________

  Pour recevoir ou ne plus recevoir
    cette lettre, écrivez-nous:

  mèl: Culture.Revolution@free.fr
 http://culture.revolution.free.fr/
_______________________________________

< O M /\

URL d'origine de cette page http://culture.revolution.free.fr/lettres/Lettre_038_31-10-2003.html

Retour Page d'accueil Nous écrire Haut de page