Culture & Révolution

Sommaire

Liste par thèmes

 

Journal de notre bord

Lettre n°31 (le 18 mars 2003)

Bonsoir à toutes et à tous

Hayat signifie la vie en arabe. Et plus que jamais on
aimerait pouvoir célébrer la vie, dire la vie dans toutes
les langues : vita, vida, life, liv, Leben, hayat... Mais il y
a de grandes menaces sur la vie. Dans l'immédiat, ce sont
une nouvelle fois les peuples qui vivent en Irak qui vont
être frappés. Ce massacre ne sera que le prélude à d'autres
massacres. Nous assistons bel et bien à la fin de
l'histoire... de l'impérialisme. Une fin pleine de convulsions,
qui durera encore des années, avec son lot de guerres, de
reculs ou d'effondrements économiques, avec son foisonnement
de manifestations de barbarie.

Mais un autre monde va progressivement émerger au travers de
toutes ces épreuves. Des millions de gens vont se mobiliser
pour la vie : pour leur vie et pour une autre vie sociale.
Ils ont commencé à le faire contre la guerre en Irak. Ils
veulent la paix partout, ils veulent garder leur emploi, ils
veulent des salaires et des retraites décentes. Ils veulent
un monde juste, sans misère, sans exploitation, sans
pollution. Les institutions internationales des classes
dirigeantes comme l'ONU viennent de montrer leur impuissance
dérisoire.

Seuls les peuples et les travailleurs du monde entier
peuvent construire des institutions internationales
démocratiques et efficaces pour garantir la paix et la
défense de l'environnement. Nous ne voulons être ni de la
chair à canons, ni de la chair à patrons. Nous méritons une
autre vie et nous allons le dire et l'imposer par nos
luttes. Ces luttes, nous ferons tout pour les généraliser et
pour les approfondir. Le choix est implacable partout et
dans tous les domaines : la vie ou le profit. Choisissons
tous ensemble la vie.
_____________________________________

Que sont nos " héros " devenus ?
Paroles d'irakiennes
Oud
Double hélice
_____________________________________


QUE SONT NOS " HÉROS " DEVENUS ?
Depuis une douzaine d'années, nous avions l'habitude
d'entendre dans les médias de volubiles et tonitruants
dévots du capitalisme mondialisé. Or, ces derniers temps,
Francis Fukuyama ne nous régale plus de ses prophéties sur
la fin de l'histoire. Alors, c'est pour quand l'accès
définitif au paradis mondial de la " modernité marchande " ?
Nous n'entendons plus Bill Gates, Jean-M6 Messier ou Alain
Minc nous vanter les bienfaits de " la mondialisation
heureuse ". Coup de blues ou quoi ? Allons messieurs, vous
n'avez donc plus confiance dans votre merveilleuse et
harmonieuse économie capitaliste mondiale ?

Il est vrai que vous avez de quoi être inquiets, même si
vous en profitez encore bien, pour l'instant. C'est au coeur
même de votre économie qu'il y a des charges explosives. Vos
grands États impérialistes qui empêchent la banqueroute de
vos " libres " entreprises ont des déficits de plus en plus
monstrueux. Et en plus avec l'aggravation de la récession,
ils risquent fort de s'affronter méchamment dans le cadre de
l'OMC. Vos grandes multinationales ont de sacrées ardoises
aussi, ce qui risque un jour de faire sauter vos banques.
Les actions boursières dévissent sérieusement.

Quand on vous voit tétanisés, incapables de continuer à
chanter les louanges du capitalisme avec un minimum de
conviction, on se dit qu'il y a là un sûr indice de reprise
de la lutte des classes.


PAROLES D'IRAKIENNES
Il est impossible d'imaginer l'existence et l'histoire d'un
peuple sans témoignages. Parmi les témoignages, il y a ceux
des journalistes ou des cinéastes. Pour aller au plus
profond de ce qu'ont vécu en Irak des hommes et des femmes
depuis plus de vingt ans, il y a les témoignages, les rêves
et les cauchemars des auteures de ce pays. Certaines vivent
toujours sur place. Elles doivent louvoyer avec la censure
et elles se heurtent à tous les obstacles provoqués par
l'embargo, notamment la pénurie de papier. Certaines ont
connu la torture. D'autres sont en exil comme plus de deux
millions d'Irakiens.

Inaam Kachachi qui est née à Bagdad en 1952 est aujourd'hui
correspondante à Paris de nombreux journaux arabes. Elle
vient de publier un recueil très précieux intitulé " Paroles
d'Irakiennes Le drame irakien écrit par des femmes "
(éditions Le Serpent à Plumes, 213 pages). Des poèmes, des
extraits de romans et des nouvelles, sont précédés par une
présentation émouvante par Inaam Kacachi de toutes ces
femmes qu'elle connaît souvent personnellement.


OUD
Cette Mésopotamie qui va être à nouveau saccagée par les
armées impérialistes, a été un des grands foyers de la
culture humaine depuis Sumer. Dans la deuxième moitié du
vingtième siècle un grand instrumentiste irakien a fait
l'admiration de nombreux musiciens et amateurs de musiques
de par le monde. Il s'appelait Munir Bashir (ou Bachir)
(1930-1997). Il jouait du luth oriental que l'on nomme oud
(ou si vous préférez 'ûd) en arabe. Sa musique d'inspiration
soufie était savante, emportée par de brillantes
improvisations où les ruptures des silences tiennent une
grande place. Signalons deux très beaux CD de cet artiste
hors du commun : " L'art du 'ûd " (Ocora Radio
France/Harmonia Mundi) et " Méditations " (Naïve).


DOUBLE HELICE
On célèbre actuellement le cinquantième anniversaire de la
découverte de la structure de l'ADN (acide
déoxyribonucléïque). À cette occasion, les éditions Laffont
viennent de rééditer le livre de James D. Watson, " La
double hélice ", qui raconte les étapes de cette découverte
qu'il fit avec son collègue Francis Crick. L'auteur a un
côté " affreux jojo " et son livre se lit comme un roman
d'aventure particulièrement vivant.


Bien fraternellement à toutes et à tous

Samuel Holder

_______________________________________

  Pour recevoir ou ne plus recevoir
    cette lettre, écrivez-nous:

  mèl: Culture.Revolution@free.fr
 http://culture.revolution.free.fr/
_______________________________________

< O M /\

URL d'origine de cette page http://culture.revolution.free.fr/lettres/Lettre_031_18-03-2003.html

Retour Page d'accueil Nous écrire Haut de page