Culture & Révolution

Sommaire

Liste par thèmes

 

Journal de notre bord

Lettre n°16 (13 décembre 2001)

Bonsoir à toutes et à tous,

A défaut de distiller une confiance sans fondement, les
télévisions déversent sur nos têtes des flots de larmes et
de compassion médiatique. Les bourgeois impérialistes sont
responsables des drames qui frappent l'humanité. Ensuite ils
mobilisent leurs médias pour émouvoir tout le monde devant
les conséquences de ce qu'ils ont provoqué en Afghanistan, à
New York ou ailleurs. L'idéal pour eux serait que nous
soyons tous tristes et passifs.

Dernièrement on a même frôlé l'apitoiement à l'égard des
policiers et des gendarmes. Voir trois gendarmes corpulents
tenter de se mouvoir autour d'un seul ordinateur dans une
pièce exiguë, on en avait la gorge serrée. Cela frôlait le
pathétique. Et pourtant tous les licenciés, chômeurs,
smicards et RMistes sont restés de marbre. Pas le
gouvernement qui a accordé rapidement 1000 francs de plus
par mois à la maréchaussée et zéro franc d'augmentation pour
les minima sociaux ! L'alternative aurait été d'organiser un
téléthon pour soigner le moral des gendarmes.

Venons en au pire. Le moral des entrepreneurs s'effondre.
Seuls le baron Seillière et la baronne de Rothschild ont
perpétuellement un visage rieur. Sans doute la conséquence
d'un lifting trop radical sur leurs muscles zygomatiques.

Donc, au programme pour tout le monde depuis le 11 septembre:
commisération, eau bénite, tête à l'envers et sanglots
dans la voix. Face à quoi nous suggérons un autre programme:
" Vive la lutte ! " (Rosa Luxemburg) et " En avant la
zizique ! "(Boris Vian).

Toutes les victimes de cette société à profits illimités (ça
fait du monde !) ne vont pas se laisser faire ni se laisser
gagner par la sinistrose. Ce serait laisser le champ libre à
ceux qui leur ont déjà pris leur emploi, leur logis, leur
pouvoir d'achat ou leur santé. Les discours plaintifs et
faussement indignés n'allègent aucune souffrance. Gardons
précieusement notre pouvoir de lutter, de nous entraider, de
nous révolter et aussi de rire. Cela, les exploiteurs et les
professionnels de la compassion ne peuvent pas nous le
voler.
__________________________________________________

Militaires sans frontière
Silence, on tue
Relais et Châteaux
Veillons
Le petit De Gaulle de Belfort
Sociologue de gouttière
Lectures
Raphaël
Études
Memphis
Navigatore
In situ
__________________________________________________

MILITAIRES SANS FRONTIÈRE
L'appétit vient en bombardant. Après l'Afghanistan, la
Somalie ? Le Soudan ? L'Irak, avec une intensité encore plus
monstrueuse qu'actuellement ? C'est la crainte qu'on peut
avoir avec l'intervention militaire des États impérialistes
en Afghanistan ; et qui plus est, avec l'appui sans fard
qu'ils apportent à la guerre du gouvernement israélien
contre les Palestiniens.

Toutes leurs exactions sont désormais maquillées en
opérations humanitaires. L'ONU dont les troupes ont
tranquillement assisté au massacre de la population de
Srebrenica en Bosnie et à celle de Kibeho au Rwanda,
méritait amplement de recevoir le prix Nobel de la paix :
celle des cimetières. L'an prochain, l'OTAN devrait, en
toute logique, en être le lauréat.

Il faudrait créer le label " Militaires sans frontière "
pour les armées impérialistes qui, sous couvert de lutte
anti-terroriste, se préparent à bombarder n'importe quel
peuple, sans discrimination : pour que vive l'économie de
profit, les États qui la protègent et les bandes armées qui
en vivent.

Louis Armstrong avait bien raison de chanter " What a
wonderful world " car le monde est merveilleux. Mais le
système capitaliste est atroce.

Laurent en donne un autre exemple ci-dessous :
" SILENCE, ON TUE
L'édition du journal Le Monde des 9 et 10 décembre fait état
d'une catastrophe humanitaire en Somalie. 800 000 personnes
basculent dans la disette. La faute à la sécheresse ? Pas si
simple. Le pays est privé de devises car il y a embargo sur
les ventes du bétail somalien, qui est contaminé. Ces ventes
représentent 80% des exportations du pays. Mais une simple
campagne de vaccination résoudrait le problème. On peut
rajouter qu'une simple production de bétail orientée vers la
satisfaction des besoins locaux plutôt que vers le marché
résoudrait peut-être encore plus simplement le problème.
L'article nous apprend aussi que depuis le 7 novembre, les
avoirs d'une compagnie bancaire, qui transfère surtout les
fonds des émigrés somaliens vers le pays, sont gelés, pour
cause de terrorisme. Manque à gagner pour le pays : plus de
6 milliards de francs par an, soit 500 millions de francs
depuis le 7 novembre. Combien de vie peut-on sauver avec 500
millions de francs ? Combien de morts fera cette guerre
silencieuse, au nom, bien sûr, de la lutte "du bien contre
le mal" ? "


RELAIS ET CHÂTEAUX
Des personnes frappées par la marée noire de l'Erika ou par
l'explosion de l'usine AZF de Toulouse se sont offerts une
petite visite d'un château appartenant au P-DG de
Totalfinaelf, un certain Thierry Desmarets. Pour apporter
une touche bretonne à cette propriété, ils ont réalisé
quelques fresques au mazout et pour créer une ambiance
toulousaine, ils ont démonté les fenêtres.

Dans cet esprit, d'autres personnes auront l'idée de
localiser toutes les somptueuses propriétés que possèdent
les licencieurs, pollueurs et autres dictateurs du Tiers
monde. On pourrait ainsi concevoir un " guide du lutteur
anti-capitaliste ", avec visites gratuites en nombre
illimité et activités interactives adéquates. Au-delà de
cette nouvelle forme de tourisme populaire, la nécessité
d'exproprier tous les biens et capitaux de ces gens-là reste
entière.


VEILLONS
La plupart des journalistes politiques expliquent les
mouvements revendicatifs actuels par le fait que nous
serions " à la veille des élections ". Or les
présidentielles auront lieu dans quatre mois et des
poussières et les législatives dans six mois. La veille sera
drôlement longue. Ca nous laisse du temps pour nous
mobiliser et veiller à nos intérêts. Comme on ne peut pas
toujours rester en éveil, nous nous accorderons quelques
petits sommes réparateurs pendant les discours des
politiciens.


LE PETIT DE GAULLE DE BELFORT
N'abusez pas du curare car cela donne la grosse tête. Jean-
Pierre Chevènement en est l'illustration exemplaire. Ses
positions sur la Corse l'empêchent de récupérer le mythe de
Bonaparte pour doper sa campagne. Mais il se prend pour le
nouveau De Gaulle.

Le nouveau Chevènement est plutôt fort en gueule. C'est un
cru qui n'a ni le goût de la banane ni celui de la framboise
mais tout bêtement celui du nationalisme, avec un doigt de
démagogie sociale. Ce breuvage convient tout à fait aux
palais raffinés de Pasqua et Poujade.

Si d'aventure sa campagne ne rencontrait pas le succès
escompté, on le verrait bien comme proviseur à la Star
Academy de TF1. Les élèves en sortiraient en sachant beugler
la Marseillaise.


SOCIOLOGUE DE GOUTTIÈRE
Le film intitulé " La sociologie est un sport de combat "
passe encore deux fois par semaine au cinéma " Images
d'ailleurs " dans le 5e arrondissement à Paris. Il s'agit
d'un documentaire très vivant sur le sociologue Pierre
Bourdieu. Au travers d'interviews, de séances de travail, de
confrontations avec des publics divers, on découvre
Bourdieu, son parcours et sa démarche. Notre homme déteste
les sociologues qui servent les dominants. Il se qualifie
plaisamment de sociologue de gouttière car il se place du
côté des dominés contre l'ordre établi. Un film qui donne
fortement envie de lire les ouvrages de Bourdieu.


LECTURES
En plus de ceux que nous avons déjà parlés, nous avons
quelques autres livres à vous recommander. " Chronique du
mouchard " (éditions La Découverte, 123 pages) de l'écrivain
et journaliste tunisien Taoufik Ben Brik est un recueil
d'écrits décapants et grinçants contre le régime de Ben Ali.
Au passage, les politiciens français de droite et du Parti
socialiste, qui apportent un soutien sans faille au
dictateur tunisien, n'en sortent pas indemnes.

Les éditions Le Serpent à plumes viennent de rééditer
" Territoires ", un des grands romans de l'écrivain somalien
Nuruddin Farah.

Dans la collection Bouquins/Laffont, de nombreux textes de
Victor Serge viennent d'être réédités, notamment " Mémoires
d'un révolutionnaire ", " Destin d'une Révolution " et " Vie
des révolutionnaires ". A ne manquer sous aucun prétexte
pour comprendre la Révolution Russe, ceux qui l'ont faite et
les raisons pour lesquelles elle a dégénérée.

Pour seulement 8 euros, vous pouvez vous payer la
" Bourgeoisie : état d'une classe dominante " (éditions
Syllepse, 126 pages) avec des contributions de Isabelle
Garo, Anne-Catherine Wagner, Pierre-Paul Zalio, Suzanne de
Brunhoff et Claude Serfati.

Signalons la réédition en collection de poche du Don
Quichotte de Cervantès (deux tomes en Point Seuil) dans la
traduction très vivante d'Aline Schulman. Plus on avance
dans ce texte et plus on y prend goût.

Les passionnés de philosophie politique qui veulent arrêter
de parler du positivisme en méconnaissance de cause, liront
avec intérêt " Plan des travaux scientifiques nécessaires
pour réorganiser la société " d'Auguste Comte. Ce texte
écrit en 1822 et réédité par L'Harmattan (170 pages) est
précédé d'une introduction par Angèle Kremer-Marietti.

Nous attirons l'attention de ceux qui s'intéressent à la
fois au jazz et à l'histoire des États-Unis sur deux petits
livres sortis en 10/18 : " Strange fruit "de David Margolick
qui raconte l'histoire de cette chanson interprétée par
Billie Holiday et " Sur les ailes d'un ange " où le
trompettiste et chanteur Chet Baker raconte sa vie sans
fioritures jusqu'à l'année 1963.


RAPHAËL
Il est impossible d'évoquer le génie du peintre Raphaël en
quelques mots. L'exposition actuelle au musée du Luxembourg
s'intitule " Raphaël : Grâce et beauté ". Il s'agit bien de
cela dans les peintures et les dessins qui nous sont
présentés jusqu'au 27 janvier. Les oeuvres exposées viennent
de Rome, de Florence, d'Angleterre ou du Louvre. Elles ne
sont pas très nombreuses. Il faut prendre tout son temps
pour les admirer. Et l'on ressort émerveillé.


ÉTUDES
Le pianiste russe Nikolai Lugansky n'a pas encore trente ans
et il a enregistré ce que les critiques spécialisés
appellent communément une version de référence des Études de
Frédéric Chopin (CD Erato, sorti en 2000). Les recherches
techniques de Paganini sur son violon ont inspiré à Chopin
ses propres recherches pour le piano. Ces oeuvres de jeunesse
gardent un caractère très moderne.

Même si vous avez dans l'oreille une interprétation des
Études qui vous est particulièrement chère, par Samson
François, Claudio Arrau, Jean-René Duchâble ou Maurizio
Pollini, vous devez néanmoins écouter celle de Nikolai
Lugansky. Il parvient à un alliage magique de la virtuosité
et de la poésie.


MEMPHIS
Pour les amateurs de blues, le dernier opus de Jean-Jacques
Milteau intitulé " Memphis " est une réussite (CD Emarcy
Universal). Pour réaliser cet enregistrement, notre joueur
d'harmonica né en banlieue parisienne s'est rendu à Memphis
même. Il est entouré de grosses pointures du blues noir
américain, notamment les chanteurs Mighty Mo Rogers, Little
Milton et Mighty Sam Mcclain. Les paroles bien senties de
certains blues dénoncent les injustices sociales à l'égard
des Noirs. Milteau est parfaitement à la hauteur de la
situation. Il est émouvant et tonique, sans jamais en faire
trop.


NAVIGATORE
" Navigatore ", tel est le titre du dernier album de Renaud
Garcia-Fons (CD Enja, avec " L'astronome " de Vermeer sur la
pochette).

Étant donné que ce joueur de contrebasse à cinq cordes joue
avec une vingtaine de musiciens, (qui de l'accordéon, qui du
derbouka, du violon, des tablas ou de la cornemuse...), nous
renonçons à citer tout le monde. Renaud Garcia-Fons écrit
que ce disque est pour lui un " livre de bord d'un long
voyage à travers le temps et l'espace ". Tout à fait juste.
Mais ce serait réducteur de le classer vite fait au rayon
" world music ". On parcourt l'Irlande et l'Andalousie, on va
d'Occident en Orient. On découvre de nouvelles contrées. Un
beau voyage en musique.


IN SITU
Depuis la dernière lettre nous avons mis en ligne des points
de vue sur deux films, " Capitaines d'Avril " de Maria de
Médeiros et " Avec tout mon amour " d'Amalia Escriva, et sur
le roman de Carlo Levi, " Le Christ s'est arrêté à Eboli ".

Bien fraternellement et joyeuses fêtes à toutes et à tous.

Samuel Holder
_______________________________________

  Pour recevoir ou ne plus recevoir
    cette lettre, écrivez-nous:

  mél : Culture.Revolution@free.fr
 http://culture.revolution.free.fr/
_______________________________________

< O M /\

URL d'origine de cette page http://culture.revolution.free.fr/lettres/Lettre_016_13-12-2001.html

Retour Page d'accueil Nous écrire Haut de page