Culture & Révolution

Sommaire

Liste par thèmes

 

Journal de notre bord

Lettre n°13 (13 septembre 2001)

Bonjour à toutes et à tous,

Non, nous ne sommes pas tous des Américains.
Nous sommes tous des êtres humains sans privilèges. Nous
sommes tous des salariés ou des chômeurs, de New York, de
Francfort, de Paris ou d'ailleurs. Des exploités de tous les
pays, venus ici ou là, à Manhattan ou ailleurs, de tous les
continents. Et des milliers des nôtres qui avaient trouvé un
emploi dans le secteur du World Trade Center viennent d'être
tués, brûlés, broyés sous les décombres et pour les
survivants brisés psychologiquement pour le restant de leur
vie. Nombre d'entre eux qui avaient fui la misère et bien
souvent le terrorisme dans leur pays se croyaient en
sécurité. À Manhattan les employés, les ouvriers, les
serveurs, les préposés au ménage venus d'Haïti, de Colombie,
de Yougoslavie ou d'Éthiopie ont été rattrapés par la
machine infernale du terrorisme. Le terrorisme est le fruit
pourri, le fruit naturel, inexorable du système capitaliste.
Qu'il soit terrorisme d'État ou non, il peut frapper des
innocents sur n'importe quel point de la planète. Profit et
terrorisme, l'un ne va pas sans l'autre.
_______________________________
New York
Bagdad
Washington et Kaboul
La logique des intégristes
Paris
Si nous voulons la paix
_______________________________

NEW YORK
New York est le lieu même des contradictions sociales du
monde actuel. Avec Wall street, cette ville est le symbole
et le lieu principal de la puissance du Capital. Une
puissance qui écrase les peuples, pillent leurs richesses,
fait suer sang et eau aux travailleurs et s'offre des gratte-
ciel au gré de sa fantaisie. Pas seulement le Capital
américain, loin de là. Toutes les grandes banques, toutes
les multinationales et toutes les grandes marques sont
présentes au World Trade Center, le bien nommé.

New York est en même temps la ville du Travail qui a fait
surgir ces mêmes gratte-ciel, ces prodiges d'architectures.
Il faut lire le beau et terrible roman de Colum McCann " Les
Saisons de la nuit " (10/18) pour comprendre dans quelles
conditions les tunnels du métro de New York ont été creusés,
comment les vitres des gratte-ciel sont nettoyées et dans
quelles conditions vivent les " homeless ", les sans-abri.

À New York on trouve une misère matérielle et morale
colossale qui est à l'échelle de cette mégapole.
Pour savoir comment cela se passe aujourd'hui dans le
quartier de la confection de Manhattan, il suffit sans doute
de lire certains passages du livre de Friedrich Engels sur
" La Situation des classes laborieuses en Angleterre " écrit
en 1844.

New York a une police pléthorique, raciste et corrompue.
Mais New York est aussi une ville ouverte, la plus
cosmopolite qui soit, possible creuset de relations humaines
extraordinaires. Sans le joug du Capital, bien sûr.


BAGDAD
Chacun se demande, avec inquiétude et à juste raison, quelle
guerre risque d'être déclenchée à la suite des " frappes
chirurgicales " sur le Pentagone et le World Trade Center.
Ce n'est pas sans dégoût que nous empruntons cette
expression de " frappes chirurgicales ". Elle a été employée
à foison par les stratèges impérialistes et les médias à
leur botte pendant la guerre du Golfe. Dans la logique
ignoble des terroristes de toutes sortes, qu'ils s'affirment
islamistes ou qu'ils se prétendent démocrates et civilisés,
elle se justifie. Dans tous les cas, il s'agit de frapper
des innocents et non des responsables. À la fin de la
Deuxième guerre mondiale la population de Dresde ou
d'Hiroshima a subi des bombardements terroristes mais bien
des responsables nazis ont été embauchés dans les services
secrets américains et Werner von Braun à la NASA.

Si une guerre se prépare à Washington d'une ampleur
imprévisible, n'oublions pas les guerres en cours. Au
premier chef la guerre contre le peuple palestinien de plus
en plus impitoyable et la guerre contre le peuple irakien
dont les grands médias ne parlent plus depuis longtemps. On
ne sait pas si la guerre du golfe a fait 100 000 ou 200 000
morts à l'époque. Mais il est probable que l'embargo appuyé
quotidiennement par des raids aériens de l'aviation
américaine et britannique a fait un million de morts parmi
la population irakienne. Saddam Hussein n'a pas été atteint
et il a resserré l'étau de sa dictature. Milosevic est resté
au pouvoir encore un an après les bombardements sur la
Serbie.

Les grandes puissantes visent avec une précision
chirurgicale. Elles frappent les populations qui ne peuvent
ainsi se libérer de leurs dictateurs ni s'émanciper de
l'oppression économique qui pèsent sur elles.


WASHINGTON ET KABOUL
George W. Bush n'a pas brillé par son courage dans cette
affaire. Il était en promenade dans l'État de Floride,
région bénie qui, grâce aux fraudes électorales, lui a
permis d'être élu avec moins de voix que son adversaire.
Ensuite on a pu se demander s'il n'allait pas passer par les
48 autres États, la Louisiane, le Nebraska, etc., avant de
rejoindre Washington D.C. Ajoutez à cela que sa première
prestation n'a pas permis de capter son regard qui fuyait à
gauche, à droite et vers ses chaussures. Bush et ses
collaborateurs pris de panique n'en seront que plus
déterminés à venger l'affront et à faire oublier leur peur à
l'opinion publique, par un bain de sang dans le Tiers monde.

Oui mais, où frapper ? Telle est la délicate question qui se
pose à eux. Si Ben Laden et son réseau se confirment être
les initiateurs de ces attentats, la probabilité que le
peuple afghan fasse les frais de la prochaine guerre est
forte. Les Taliban ne seront pas visés pour autant. Après
tout, ce sont eux que Washington a aidés puissamment à
prendre le pouvoir. Et si Ben Laden est si riche et si
performant dans ses activités, n'est-ce pas grâce à
l'excellente formation qu'il a reçue de la CIA et grâce aux
pétrodollars d'Arabie Saoudite ? Tout le monde sait que les
émirs de ce pays allié des États-Unis financent les groupes
terroristes intégristes. Mais pour autant ce n'est pas Ryad,
la capitale de l'Arabie Saoudite qui sera bombardée. Les
approvisionnements en pétrole sont sacrés.


LA LOGIQUE DES INTÉGRISTES
À l'origine Ben Laden est une de ces marionnettes
sanglantes, un de ces mercenaires formés et soutenus par
l'impérialisme américain. Mais arrive un moment où ces gens-
là ont des ambitions qui dépassent celles que tolèrent les
grandes puissances. Ben Laden et ses semblables intégristes
ne se contentent pas des pays où ils sont déjà au pouvoir.
Ils veulent en gagner d'autres comme l'Égypte, ceux du
Maghreb, la Palestine, etc. Ils ont une logique et un projet
politique cohérent, contrairement à ce que disent tous les
commentateurs qui parlent de comportements " absurdes,
incompréhensibles, qui défient la raison "...

Que leurs agissements soient abjects n'enlèvent rien à la
transparence de leurs objectifs : combiner actes
terroristes, fanatisme religieux, démagogie anti-américaine
pour s'appuyer sur la révolte des peuples où ils
s'implantent, la dévoyer, s'en servir comme d'un marchepied
vers le pouvoir. C'est très proche de la recette des
fascistes. Mais pour ce faire, les intégristes ne sont pas
fous au point de se passer de l'argent de bailleurs de fonds
capitalistes. Comme Mussolini et Hitler en leur temps.


PARIS
Les attentats aux États-Unis auront eu pour effet de
ressouder la cohabitation entre Chirac et Jospin qui nous
ont ressorti leur botte, pas secrète du tout, contre le
terrorisme : le plan vigipirate. Efficace pour empoisonner
la vie quotidienne des gens, pour intensifier la traque des
sans-papiers et pour caler dans les esprits l'équation :
immigrés = arabes = musulmans = intégristes = terroristes.
Ajoutez à cela le concert de tous les hypocrites clamant que
" Nous sommes tous Américains, Occidentaux " et selon
Kouchner, nous serions les " civilisés " contre les
" barbares ". L'extrême droite ne pouvait pas rêver mieux pour
reprendre du tonus. Quant à Chevènement avec sa démagogie
souverainiste et pour parler clairement nationaliste, il a
une solution formidable pour que tout s'arrange : le report
du passage à l'Euro. Il doit s'imaginer avoir reçu
l'approbation de De Gaulle au royaume des morts.

Nous n'en tirerons pas comme conclusion que la France a la
droite et la gauche les plus bêtes du monde compte tenu des
discours de Bush, Blair et Schröder qui tiennent bien leur
rang dans ce concert pour préparer l'opinion publique à une
guerre.


SI NOUS VOULONS LA PAIX
Si nous voulons la paix, il faut préparer la révolution. Si
nous voulons échapper à la barbarie sous toutes ses formes,
nous devons nous préparer progressivement, méthodiquement, à
une révolution sociale à l'échelle mondiale.

Le système économique actuel engendre déjà trop de
calamités. Mais on doit s'attendre à pire. Les risques de
crise économique mondiale sont réels, de même que ceux d'une
guerre dont les développements seraient imprévisibles.

Depuis la fin de la division du monde en deux blocs, le bloc
du G8 se retrouvait à nu. Face aux contradictions de son
économie et à la contestation multiforme de sa domination,
ce bloc a besoin d'inventer et de créer un nouvel " Empire
du mal ". Pour justifier ses équipées guerrières, pour nous
imposer d'autres sacrifices et pour brouiller les cartes. En
temps de guerre et même en temps de menace de guerre, les
gouvernants sont experts dans l'art de bâillonner les
travailleurs. " Ne parlons plus de capitalisme ! " s'écrit
déjà Jean-Marie Messier, le patron de Vivendi sur France 2.
Silence dans les rangs. Nous sommes tous " démocrates " et
" civilisés ", donc les travailleurs devraient se laisser
exploiter et licencier bien gentiment ! Et hop, J-6M et ses
semblables ramassent les profits et nous envoient
éventuellement faire la guerre.

Nous n'avons pas d'intérêts communs possibles avec les
fauteurs de guerre et de misère. Nous n'avons pas à en
rabattre sur nos revendications immédiates, vitales,
concernant notre emploi, notre pouvoir d'achat et toutes nos
conditions de vie. Ce qui doit simultanément nous conduire à
préparer la suite: débattre des idées et des moyens faisant
levier, pour en finir avec ce monde intolérable.

Bien fraternellement à toutes et à tous

Samuel Holder
_______________________________________

  Pour recevoir ou ne plus recevoir
    cette lettre, écrivez-nous:

  mèl: Culture.Revolution@free.fr
 http://culture.revolution.free.fr/
_______________________________________

Retour