Culture & Révolution

Sommaire

Liste par thèmes

 

Journal de notre bord

Lettre n°10 (16 juin 2001)

Bonjour à toutes et à tous

Deux sujets ont dominé et dominent toujours l'actualité pour
nos amis comme pour nous-mêmes : la lutte contre les
licenciements en France et la lutte contre un pouvoir
assassin en Algérie. Le redressement du monde du travail en
France a été confirmé par le succès de la manifestation du
9 juin à Paris à l'initiative des syndicats de Lu-Danone,
Marks & Spencer et AOM. La révolte des jeunes en Algérie a
pris une ampleur qui dépasse très largement les limites de
la Kabylie et celles de la jeune génération.

Ces deux faits majeurs, que nous abordions déjà dans la
lettre du mois dernier, préparent des luttes de classe d'une
vigueur nouvelle. Quel lien entre ces deux mobilisations ?
Cela mérite réflexion. Elles sont différentes dans leurs
formes et leur puissance. Mais elles sont liées quant aux
causes de leur émergence. Ceux qui licencient en France et
en Europe sont aussi ceux qui pillent les richesses de
l'Algérie et graissent la patte aux généraux assassins et
mafieux. Les bourgeois impérialistes, qu'ils soient
français, italiens, allemands, anglais ou américains,
jettent à la rue des milliers de salariés et plongent le
peuple algérien dans la misère la plus intolérable.

Nous avons les mêmes ennemis des deux côtés de la
Méditerranée. Sans le soutien des gouvernants et des patrons
français, le régime sanglant et corrompu installé à Alger ne
tiendrait pas une semaine et perdrait toutes ses
opportunités de se remplir les poches sur le dos de la
population. Les travailleurs en France et en Algérie ont les
mêmes intérêts. Ils reprennent le chemin de la lutte
collective, sans se laisser paralyser par les organisations
traditionnelles politiques ou syndicales qui les ont trop
souvent trahis. Ils commencent à reprendre l'initiative et
leur indépendance de point de vue. C'est un espoir
considérable pour l'avenir qui commence à prendre forme.

______________________________________

L'espoir en Algérie
Quand la base est au sommet
Que dalle
Pyramidal
Polars et société
En poche
In vivo
Beethoven, musicien d'avant-garde
Transformations
In situ
______________________________________


L'ESPOIR EN ALGÉRIE
En Algérie le mouvement de masse se développe contre tous
ceux qui ont pratiqué le terrorisme contre la population à
seule fin d'édifier des fortunes colossales. La révolte des
jeunes en Kabylie a gagné plusieurs autres régions
arabophones. Émeutes à Khenchela, à Skikda, dans la région
d'Annaba, avec à chaque fois des cibles précises
représentant le pouvoir d'État et le pouvoir du fric. Les
jeunes veulent du travail et une vie décente. Ils veulent
être respectés et être libres. La manifestation gigantesque
à Alger a regroupé peut-être un million de manifestants sans
compter les dizaines de milliers qui n'ont pu entrer dans la
ville. Ils sont venus de Kabylie mais aussi d'autres
régions. Panique au sein du régime qui cherche à fabriquer
de toutes pièces des divisions et en particulier une pseudo
division entre populations arabophones du Sud et populations
berbérophones du Nord. FR3 au journal de 19h 30 jeudi soir a
eu l'impudence de relayer cette manoeuvre odieuse en parlant
d'une lutte pour " l'indépendance de la Kabylie " à propos
de la manif d'Alger !.

Chirac, Jospin et ses ministres se taisent sur la répression
contre les manifestants. Des jeunes Algériens peuvent être
tués dans la rue, l'essentiel est que l'approvisionnement en
pétrole et gaz algériens soit sauf. Et que les entreprises
françaises fassent toujours des profits en Algérie.

Silence d'État, mensonges d'État, manoeuvres pour diviser,
rien ne permettra de supprimer ou d'endiguer un mouvement
très profond et très conscient. Avec sa coordination de
comités de villages et de quartiers, ce mouvement a commencé
à se donner des formes d'organisation inhabituelles,
indépendantes des partis liés à un moment ou un autre au
pouvoir. Tout est possible pour que les jeunes et les
travailleurs imposent leur volonté.


QUAND LA BASE VA AU SOMMET
Inhabituelle aussi cette manifestation du 9 juin à Paris.
Les travailleurs de LU-Danone avaient appelé à boycotter les
produits Danone. Les confédérations CGT, FO et CFDT ont
décidé de boycotter, ouvertement ou discrètement, ...la
manifestation du 9 juin contre les licenciements ! En
d'autres temps aucune grande manifestation de salariés
n'était possible sans que les dirigeants syndicaux ou les
dirigeants du PCF en prennent l'initiative. Eh bien, " le
bon temps " où les bureaucrates syndicaux et les politiciens
réformistes monopolisaient le terrain revendicatif au niveau
national et souvent local, commence à se terminer . On en
est bien content. On respire un air plus démocratique et ça
ouvre de nouvelles perspectives. Une partie de la classe
ouvrière a repris ses affaires en mains. Elle a obtenu le
soutien et la participation massive de nombreuses
organisations, LCR, LO, PCF, syndicats locaux, syndicats
SUD, CNT et FSU, associations de chômeurs, ATTAC, etc.

Quand " la base " commence à diriger la lutte, elle se donne
une chance de se retrouver un jour au sommet de la société.
C'est ce qui peut nous arriver de mieux pour résoudre tous
les problèmes sociaux.


QUE DALLE
Robert Hue se pavane en essayant de faire croire qu'il a
obtenu des améliorations substantielles au projet de loi
Guigou sur les licenciements.

Sur les mesures de Guigou, " C'est que dalle " s'est écrié
Philippe Aoun, ouvrier de fabrication chez LU-Ris-Orangis.
Il répondait à une journaliste du " Monde ". Et d'ajouter
plus loin : " Le PCF l'a voté, fallait s'y attendre. "
Bien des travailleurs commencent à être rodés sur les
retournements de veste du PCF et des partis de la gauche
plurielle. Ils ne vont pas se démoraliser pour si peu . On
est en 2001. On n'est plus en 1983-1984 où les attaques anti-
ouvrières des gouvernants de gauche surprenaient et
démoralisaient.

Les nombreux militants du PCF le 9 juin ont sincèrement
manifesté contre les licenciements et contre les patrons qui
les programment. Mais Robert Hue et les dirigeants du PCF
" luttent " pour ne pas être licenciés du gouvernement et pour
que leurs députés ne soient pas licenciés en 2002. Ce qui
implique, dans leur optique, d'être toujours copains avec
Jospin et le Parti socialiste. Chacun sa lutte. Chacun son
camp.


PYRAMIDAL
Dernièrement, je pénètre dans un lieu dont le patron se
targue d'être un " agitateur culturel " depuis je ne sais
plus combien d'années. Et que vois-je, s'imposant au regard
de tous ceux qui pénètrent en ce lieu ? Deux grandes
pyramides constituées de parallélépipèdes jaunes enveloppés
de cellophane. Sur chaque élément de la première pyramide se
trouve le chiffre 1 et sur ceux de la seconde, le chiffre 2.
Avec sagacité, je me dis qu'on a ici le début d'une série de
pyramides dont le nombre est encore indéterminé. Je suis
intrigué par le gros oeil qui se trouve sur chacun de ces
parallélépipèdes. En m'approchant , je lis (écrit en petit),
" avec des images et séquences inédites ". Il y a aussi un
mot, Loft, dont je vérifie le sens ensuite dans un gros
dictionnaire anglais-français. " Loft : grenier, soupente,
mais aussi, colombier, pigeonnier ".

Moi qui pensait que la Fnac contribuait aux recherches en
égyptologie, je me suis trompé. Peut-être que la pyramide de
vidéo-cassettes n°1 donne des conseils pour aménager les
greniers (ou les vider) et la pyramide n°2, des conseils de
colombophilie ?

Y-a un lézard quelque part. C'est clair. Ouais, ouais, ça au
moins, c'est clair.


POLARS ET SOCIÉTÉ
Ne polarisons pas idiot. Si vous êtes amateur de polars
(sans pour autant aimer la police, évidemment), nous vous
signalons le dernier numéro de la revue de sociologie
critique " Mouvements " (n°15/16, édition La Découverte). Un
dossier très copieux intitulé " Le polar, entre critique
sociale et désenchantement " a été coordonné par Philippe
Corcuff, Franck Frommer, Marco Oberti et Patricia Osganian.
Outre des études où il est question de Maigret et du néo-
polar, de Dostoïevski, de Jim Thompson, de Manchette, du
roman policier italien, écossais, espagnol, etc, on y trouve
des entretiens avec Didier Daeninckx, Dominique Manotti et
Manuel Vasquez Montalban.


EN POCHE
Parmi les rééditions en poche tout à fait recommandables à
l'approche des vacances, nous citerons : " Trop de soleil
tue l'amour " de Mongo Beti (Pocket, 251 pages), un roman
sarcastique mettant en scène un journaliste alcoolique et
amateur de jazz, aux prises avec les réalités politico-
sociales d'une capitale africaine.

" La légende de Gösta Berling " de Selma Lagerlöf est une
épopée bouillonnante de vie et de poésie (La Cosmopolite,
Stock, 370 pages).

" La Montagne de l'âme " de Gao Xingjian (éditions de l'aube
poche, 670 pages) ne doit rebuter personne par la durée
qu'implique son ascension. On ne s'ennuie pas un instant à
la découverte de la Chine présente et passée, vue par un
écrivain chinois profondément original et d'un réalisme
envoûtant.


IN VIVO
Je vais me livrer à une mission impossible mais heureusement
sans aucun risque, si ce n'est celui de passer pour bizarre.
(" Est-il raisonnable de passer pour ce qu'on est " aurait
fait un bon sujet de dissertation philosophique, n'est-il
point ?). Revenons à ma mission. Elle consiste à recommander
une émission de France Culture... ! Je vois déjà d'ici
quelques mines narquoises et quelques airs entendus :
" France culture, c'est snob, c'est ennuyeux, c'est
incompréhensible, etc. " Je passe outre et je vous conseille
d'écouter, au moins une fois, l'émission scientifique " In
vivo ", le mardi de 19h 30 à 20h 30. Mardi dernier Robert
Dantzer de l'Inra était invité pour parler des processus
immunitaires, du stress, et de l'effet placebo en liaison
avec le fonctionnement du cerveau. Le niveau de cette
émission est relevé mais on a la très agréable sensation
d'apprendre quelque chose et d'accéder à des connaissances
de la plus brûlante actualité. Les scientifiques
responsables de cette émission, J.D. Vincent et L. Kukstas,
ont un humour qui ne gâche rien.

Comme " In vivo " chevauche l'émission scientifique
" Archimède " sur Arte dont nous avons déjà vanté ici les
mérites, n'oubliez pas d'enregistrer l'une ou l'autre.

http://www.radiofrance.fr/chaines/france-culture2/invivo/


BEETHOVEN, MUSICIEN D'AVANT-GARDE
Quand on écoute les dernières oeuvres de Beethoven,
notamment ses dernières sonates pour piano et ses derniers
quatuors à cordes, on est frappé par le caractère
étrangement avant-gardiste de cette musique. A telle
enseigne qu'au vingtième siècle, les quatuors de Leos
Janacek et ceux de Bela Bartok s'inscrivent dans la
continuité des cinq derniers quatuors de Beethoven,
compositeur mort en 1827 ! Cela était frappant en entendant
il y a un mois sur Arte, le dimanche soir à 19 heures, le
quatorzième quatuor de Beethoven, interprété par Christophe
Coin et le quatuor Mosaïques.

Vive la télé, ou plus exactement Arte, puisque mercredi
6 juin à 21h 40, on a pu assisté à un bel événement musical,
le commentaire puis l'interprétation des Trente-trois
variations sur un thème de Diabelli de Beethoven par le
pianiste Piotr Anderszewski. L'interprète était très bien
filmé comme c'est toujours le cas lorsque Bruno Monsaingeon
s'en occupe. L'image n'entrave pas l'attention sur la
musique mais l'accompagne dans sa dynamique. D'où les
documents de Monsangeon très réussis sur Glenn Gould,
Svjatoslav Richter, les grands violonistes du siècle, etc.

Si vous avez raté cette émission vous avez deux opportunités
complémentaires : écouter les Variations Diabelli par ce
pianiste (enregistrées sur CD Virgin Classics) et lire ses
propos dans le numéro de juin du " Monde de la Musique ".
On y trouve aussi, comme ça tombe bien !, une analyse des
derniers quatuors de Beethoven et une étude sur trois grands
interprètes de Beethoven au siècle dernier, Claudio Arrau,
Wilhelm Kempff et Rudolf Serkin.


TRANSFORMATIONS
Je me permets d'insister sur ces Variations Diabelli qui
sont en fait des transformations ou des transmutations (en
allemand Beethoven a écrit " Veränderungen ") plutôt que des
variations. Ce en quoi il était hégélien sans le savoir et
pas seulement en cette circonstance. Hegel et Beethoven ont
été portés l'un et l'autre par le grand souffle de la
Révolution française. Qui a dit " Rien de grand ne peut se
faire sans passion. ". Hegel mais Beethoven aurait pu le
dire aussi.

Le compositeur André Boucourechliev a écrit plusieurs
ouvrage sur Beethoven. Dans un petit livre passionnant
(Beethoven, collection solfèges, éditions du Seuil), il dit
à propos de cette oeuvre composée en même temps que la
Neuvième symphonie : " Chacune des Variations Diabelli
représente un microcosme, une vision musicale singulière, un
état spécifique de la matière sonore. Chacune obéit à sa
propre règle du jeu, aux ordonnances particulières de ses
hiérarchies trente-trois fois redistribuées. De l'une à
l'autre, l'invention est totale ; ce ne sont pas des
variations, mais des organismes infiniment divers ayant,
dans le tréfonds de leurs structures, un point commun qui
les unit - trente-trois cristaux de l'imagination, qu'une
secrète proportion relie entre eux. S'il fallait illustrer
par une image l'oeuvre dans sa totalité, peut-être serait-ce
avec un des " Échiquiers " de Paul Klee. "

Dans l'état actuel de notre site, nous ne sommes pas en
mesure d'illustrer cette remarque d'André Boucourechliev en
reproduisant un de ces tableaux de Paul Klee.

Vous pouvez retrouver un des " Échiquiers " sur :

WebMuseum: Accords anciens 1925 (Ancient Sound):
http://www.oir.ucf.edu/wm/paint/auth/klee/

Et aussi :

The eGallery
http://fineart.elib.com/fineart.php?prev=.&dir=Site_index%2F
Klee_Paul

XXIII Bienal Internacional de São Paulo
http://www.uol.com.br/23bienal/especial/iekla.htm

Kunstmuseum Bern
http://www.kunstmuseumbern.ch/


IN SITU
Depuis la dernière lettre, nous avons inauguré une nouvelle
rubrique poésie avec des extraits du poème de Henri Heine,
" Germania, conte d'hiver ". Nous avons mis en ligne des
points de vue sur " Le Porc épique " de Manuel Rui, " Le cul
de Judas " d'Antonio Lobo Antunes, " Stupeur et tremblements "
d'Amélie Nothomb et " L'espoir guidait leurs pas " de Rémi
Skoultelsky.

Bien fraternellement à toutes et à tous

Samuel Holder

_______________________________________

  Pour recevoir ou ne plus recevoir
    cette lettre, écrivez-nous:

  mèl: Culture.Revolution@free.fr
 http://culture.revolution.free.fr/
_______________________________________

Retour