Culture & Révolution

Sommaire

Liste par thèmes

 

Journal de notre bord

Lettre n°7 (23 mars 2001)

Bonjour à toutes et à tous

Dans la lettre de janvier nous avions lancé un appel à nos
correspondants passionnés par les problèmes de logique et de
philosophie des sciences afin de nous éclairer sur les
positions du logicien américain Quine, décédé en décembre
dernier. Ezriel Mendel a planché sur cette question
difficile avec un zeste d'humour que chacun appréciera...
Nous l'en remercions et nous vous recommandons la lecture de
sa contribution. Elle soulèvera probablement des questions
et des demandes d'éclaircissement. Nous aurons plaisir à
vous en rendre compte.

Notre ami Pierre, qui réside dans l'Eure et dont il faut
saluer l'érudition attentive, a relevé une coquille dans la
lettre précédente n°6 à propos de la citation de Freud tirée
de " Délire et rêves dans la " Gradiva " de Jensen ". Pierre
m'écrit que " Freud aurait été ravi de ce lapsus qui t'a
fait écrire " Gravida " et il espère " notre époque grosse
de changements positifs ". Nous partageons pleinement son
espérance.

Sans transition, comme on dit sur FR3, plusieurs personnes
nous ont recommandé chaudement le dernier ouvrage de Boris
Cyrulnik, " Les vilains petits canards ". L'auteur est
neurologue, psychiatre et éthologue. Son expérience
professionnelle et personnelle et sa position au carrefour
de plusieurs disciplines lui permettent d'éclairer les
questions touchant des personnes qui, malgré le ou les
traumatismes qu'ils ont subis au cours de leur enfance, se
sont " retricotés " une vie.
________________________________

Mauvais citoyens
Craquements
Alternative au capitalisme
En poche
La faute à Voltaire et compagnie
Giordano Bruno, l'irréductible
Impostures intellectuelles
D'un bleu très noir
Sur la toile
In situ
_________________________________

MAUVAIS CITOYENS
Le printemps est là et les feuilles d'impôts sont tombées
dans nos boîtes aux lettres. Cette phrase est d'une poésie
très discutable et je n'y suis pour rien. Chers amis, c'est
le calendrier qui veut ça. Nous n'avons pas de stock
options, pas d'avoir fiscal, nous ne possédons pas " une
société ", nous ne sommes pas riches, nous devons donc payer
plein pot. J'entends certains protester parce qu'avec leurs
revenus insuffisants, ils paient déjà beaucoup d'impôts sous
forme de TVA. Mauvais citoyens ! C'est un bonheur de
sacrifier son pouvoir d'achat pour renflouer les banques et
les grandes entreprises. C'est enthousiasmant de contribuer
au budget de la " Défense nationale ". 245 milliards de
francs (Ah quand même, j'aurais pas cru que c'était OTAN...).
Il faut bien consolider les revenus de Dassault, Lagardère
et leurs actionnaires. Il faut bien que l'armée française
puisse aider convenablement des dictateurs en Afrique à
massacrer leurs peuples. Dans le génocide du Rwanda, la
logistique de l'armée française a été impeccable. Ce serait
dommage qu'elle ne puisse pas remettre cela dans l'avenir.
Elle a un rôle et une réputation à soutenir dans la pratique
des " bombardements humanitaires ", comme en Irak ou en
Yougoslavie.

Vous n'êtes pas convaincus et c'est rassurant. Soyons des
millions de " mauvais citoyens " à vouloir nous débarrasser
de la monstrueuse machine de l'État.

CRAQUEMENTS
Le capitalisme redonne le sens de l'histoire à ceux qui
l'auraient perdu. D'aucuns qui avaient remisés Hegel et Marx
au magasin des vieilleries intellectuelles inutiles, peuvent
difficilement contester que le cours de l'histoire se
poursuit au travers de formidables contradictions
économiques, sociales, politiques et culturelles. Il est
donc dangereusement stupide de mépriser l'approche
rationnelle et dialectique de l'histoire humaine qui est en
train de se faire.

Prenez la conjoncture économique. Dans la lettre du mois
dernier, nous évoquions les chutes des valeurs de la net-
économie sur les places boursières et les risques de
récession. Il semblait que les craquements ne parvenaient
pas aux oreilles des politiciens français qui avaient
d'autres chats à fouetter. Depuis tout le monde a observé
que l'économie japonaise est sérieusement en perte de
vitesse. Toutes les économies nationales étant mondialement
interconnectées, il est assez risible de faire croire que
l'Union européenne (ou la France !) va faire bande à part ou
mieux, devenir la locomotive de l'économie mondiale. En fait
comme d'habitude toutes les Bourses s'alignent sur Wall
Street. Le Figaro titre en gras ce vendredi 23 mars : " La
peur du krach ". Ce sont les chiffres qui parlent et
expriment les contradictions du capitalisme qui, nous avait-
on assuré, repartait de l'avant pour des années, voire des
décennies, grâce aux " nouvelles technologies ". Ce sont les
premières à se faire sabrer sur les places boursières !

Du côté des damnés de la terre, des mouvements de fond
s'annoncent au travers d'une multitude de faits
symptomatiques : des grèves en Corée avec des syndicalistes
pourchassant le patron de Daewoo jusque sur la Côte d'azur
en France (un endroit idéal pour les mafieux des pays de
l'Est ou les ex dictateurs haïtien ou africains), des
mobilisations contre les maîtres de l'économie mondiale, des
manifestations populaires explosives en Argentine, la marche
des paysans zapatistes à Mexico, les débats à Porto Alegre
et ici des salariés prêts à se fâcher si le gouvernement et
le MEDEF touchent à leurs retraites. Symptômes seulement des
grandes luttes de classe qui se préparent.

ALTERNATIVE AU CAPITALISME
Jospin, Chirac et leurs amis peuvent commencer à se faire du
souci. Les municipales ont révélé l'existence d'un électorat
de plus en plus nombreux qui a voté pour les candidats des
listes d'extrême gauche ou des listes critiquant le
gouvernement sur sa gauche. Un bipartisme bien rôdé à
l'anglo-saxonne ferait mieux l'affaire de la bourgeoisie
française et des politiciens de droite et de gauche. Au-delà
de l'épisode des municipales, la poussée à l'extrême gauche
va se faire sentir sur le terrain des luttes. Cela a tout
pour nous réjouir : les travailleurs et les jeunes en
rupture avec les partis de la gauche gouvernementale et en
opposition totale au système capitaliste sont de plus en
plus nombreux.

Passe encore pour le gouvernement que des électeurs aient
voté nombreux pour l'extrême gauche au premier tour. Mais en
plus ils n'ont pas eu envie de " battre la droite " au
deuxième, préférant l'abstention sans illusions ! Pas
contents, Jospin et ses copains. Dans le temps avec les
électeurs du PCF, c'était plus cool : au premier tour ils
votaient " pour faire payer les riches " et au deuxième ils
votaient pour le PS, qui faisaient payer les pauvres. Ca
marche plus.

Il y a une conviction qui se précise chez des centaines de
milliers de gens : on ne va pas s'en sortir en gardant le
système actuel. Il ne faut pas seulement être anti-
capitaliste, ce qui est la moindre des choses, il faut une
alternative globale au capitalisme. Si l'idée fait son
chemin, chaque lutte politique ou sociale, petite ou grande,
préparera une telle alternative à l'échelle mondiale.

EN POCHE
Nous signalons et recommandons " France Afrique, le crime
continue " de François-Xavier Verschade, qui en est à sa
quatrième réédition (éditions tahin party, pour la modeste
somme de 15 francs). Il faut lire et soutenir cet auteur qui
est poursuivi en justice par trois chefs d'États africains
(Omar Bongo, Idriss Deby et Denis Sassou Nguesso) pour les
avoir accusés d'assassinats et de malversations financières
et électorales dans son dernier livre " Noir Silence "
(éditions Les arènes). F-X Verschade est membre de
l'association Survie dont le mél est survie@globenet.org.

Toujours en poche, il faut saluer la réédition de " Remember
Ruben " (éditions Motifs), un grand roman de Mongo Beti sur
la " décolonisation " du Cameroun.

" Le Pingouin " d'Andreï Kourkov dont nous avons déjà rendu
compte poursuit sa carrière en Points-Seuil.

" Histoire de réussir " de Russell Banks vient d'être
réédité en 10/18. La plupart des autres oeuvres de ce
romancier américain sont éditées en poche dans la collection
Babel. Nous avons présenté " Trailor Park " mais
recommandons tout particulièrement " De beaux lendemains ",
" Continent à la dérive " et " Sous le signe de Bone ".
Russell Banks est un ancien ouvrier plombier (on l'est de
père en fils dans sa famille) qui n'a pas renié ses origines
au contraire. Pour comprendre de l'intérieur des
travailleurs américains, un jeune délinquant ou des familles
pauvres, la lecture de Russell Bank s'impose. Il a déclaré
dans une interview récente à Télérama qu'il était athée,
contre la peine de mort et qu'il avait la rage contre toutes
les injustices sociales.

LA FAUTE À VOLTAIRE ET COMPAGNIE
Nous vous proposons de découvrir l'auteur d'une citation
pourfendant les philosophes rationalistes du XVIIIe siècle :

" Le Siècle des Lumières a engendré le totalitarisme, c'est-
à-dire la divinisation de la raison humaine qui refuse toute
critique. "

Voici donc une " pensée " tout à fait " libérale " et
" postmoderne ". Pour ceux qui ignoreraient le sens de
" postmoderne ", ce mot signifie d'après moi, régressif ou si
vous préférez, réactionnaire, irrationnel et fier de l'être !
Depuis quinze ans les écrits postmodernes ont un certain
succès. Le penseur postmoderne récuse la notion de progrès
mais il n'est pas contre que ses revenus personnels
augmentent et que sa présence dans les médias soit en
progression. Tout le monde aura compris que nous ignorons ce
que signifie " modernité ", " postmodernité " ou
" prémodernité " (Ah, là, on pourrait peut-être faire original
car personne ne se risque à parler de la prémodernité.)

Relisons cette citation et suivons sa logique jusqu'au bout.
Ainsi le nazisme et le stalinisme, ce serait la faute à
Voltaire, Diderot et Rousseau. Rajoutons Kant et Hegel pour
faire bon poids. Au fait qui sont les responsables de
l'apparition du siècle des Lumières ? Ces affreux fanatiques
de la raison que sont Descartes, Spinoza et Galilée !
Lesquels se sont engouffrés dans la brèche ouverte au XVIe
siècle par Giordano Bruno. A la fin des fins, remontons
jusqu'à la source du totalitarisme qui se trouve belle et
bien en Grèce. Là quelques individus, depuis les
présocratiques jusqu'à Epicure en passant par Aristote, ont
mis au point cette machine infernale qu'on appelle
communément la raison. CQFD. La raison et " l'historicisme "
étant terrassés, passons aux choses sérieuses : où en est le
CAC 40 depuis tout à l'heure ?

Comme auteur présumé de cette citation grave (et en aucune
manière gravide), nous vous donnons le choix entre André
Gluksman, Alexandre Adler, Alain Madelin, Alain Touraine,
Alain Finkelkraut, François Furet, cardinal Lustiger,
rabbin Sitruk ou Alain Peyrefitte.

Réponse dans la prochaine lettre et toujours rien à gagner
si vous trouvez la réponse.

GIORDANO BRUNO, L'IRRÉDUCTIBLE
Dans sa dernière livraison, la revue " Critique communiste "
de la LCR présente deux dossiers, l'un sur les municipales
et l'autre sur le congrès de Tours. Nous attirons également
l'attention sur l'étude importante que Michel Lequenne y
commence sur le philosophe Giordano Bruno. Il reprenait à
son compte le mot de Démocrite : " Je dis que, pour le vrai
philosophe, toute terre est une patrie. " Bruno fut torturé
et brûlé par l'Inquisition en 1600. Suite et fin de cette
étude dans le prochain numéro de " Critique Co ".

IMPOSTURES INTELLECTUELLES
Sous le titre " Impostures intellectuelles " (réédité en
Livre de Poche en 1999), les physiciens Alan Sokal et Jean
Bricmont ont écrit un livre dévoilant des formes
particulières de charlatanisme visant certains intellectuels
de renom, en psychanalyse, sociologie ou philosophie. Les
auteurs mettaient à nu au travers d'une analyse serrée de
larges citations, l'incompétence de ces auteurs faisant un
usage abusif, absurde et involontairement cocasse de
concepts scientifiques. Ce qu'ils mettaient en cause n'était
pas l'utilisation de métaphores qui sont les bienvenues pour
éclairer un problème dans le cadre d'un raisonnement
rigoureux. Ils mettaient le doigt sur l'imposture consistant
à faire croire qu'on est profond parce qu'on est obscur en
ayant recours à des notions de mathématiques ou de physique
sans rime ni raison.

Il y a eu évidemment une levée de bouclier contre Sokal et
Bricmont, accusés d'étroitesse d'esprit, de scientisme, de
positivisme, d'hostilité à l'égard de penseurs français
créatifs... Certains cherchèrent à minimiser la portée de
leur critique.

Mais d'autres auteurs dans le domaine de la philosophie et
des sciences sociales ont apprécié leur démonstration
imparable, notamment le philosophe Jacques Bouveresse dans
un petit livre aussi convainquant que percutant intitulé "
Prodiges et vertiges de l'analogie " (éditions Raisons
d'agir).

Un nouvel ouvrage d'une grande richesse vient de paraître
sous la direction d'Angèle Kremer Marietti. Il est intitulé
" Éthique et épistémologie autour du livre Impostures
Intellectuelles de Sokal et Bricmont " (éditions
L'Harmattan). Il regroupe les communications de quinze
personnes ayant participé à un colloque sur ce sujet en mai
1999. Un ouvrage à commander car les éditions de L'Harmattan
n'entrent malheureusement pas dans les circuits des gros
distributeurs.

D'UN BLEU TRÈS NOIR
C'est le titre du dernier album d'Angélique Ionatos (CD
Naïve). Sur la première plage, elle chante " L'aria de Rosa "
de Christos Christofis qui commence ainsi :

" Mon prénom est Rosa
Je suis le chant de l'âme
Au-dessus des toits de vos maisons
Par delà le vent

J'ai voulu changer le monde
Pour sauver le rêve "

Il s'agit de Rosa Luxemburg, assassiné en 1919 par des
soldats aux ordres d'un gouvernement " socialiste ".

Angélique Ionatos et les musiciens qui l'accompagnent
portent superbement la parole des poètes grecs, Odysseus
Elytis, Constantin Kavafy, K. Varnalis... Signalons parmi
les musiciens, la présence de César Stroscio, joueur de
bandonéon argentin qui créa naguère le Quarteto Cedron.

SUR LA TOILE
Il y a du neuf sur le site <http://dogma.free.fr/> qui
présente entre autres l'ouvrage " Éthique et épistémologie "
(voir ci-dessus). Les dernières chroniques de Cybérie,
toujours très instructives, sortent chaque semaine sur le [Attention, cette adresse n'est plus valable voir plutôt http://cyberie.qc.ca/chronik/ (ndlr du 13/12/2002)]
site <http://cyberie.webdo.ch/>. Le dernier numéro de 
" dissidences " comporte un dossier sur le trotskysme dans
les Amériques (site : <http://www.dissidences.net/>)

IN SITU
Dans la rubrique " en question ", vous trouverez le texte
sur Quine ainsi que le texte que la revue " Carré rouge " a
publié, en supplément exceptionnel, à l'occasion des
élections municipales. Pour se procurer ce texte en
" version papier ", reportez-vous à notre rubrique liens.

Depuis notre dernière lettre, nous avons proposé des points
de vue sur " Voyage en Amérique " de Charles Dickens,
" L'autre pays " de d'Ibrahim Abdel-Méguid, " Maîtres anciens "
de Thomas Bernhard, " Trailor Park " de Russell Banks et
" Repris de justesse " de Yazid Kherfi.

Bien fraternellement à toutes et à tous.

Samuel Holder
_______________________________________

  Pour recevoir ou ne plus recevoir
    cette lettre, écrivez-nous:

  mèl: Culture.Revolution@free.fr
 http://culture.revolution.free.fr/
_______________________________________

Retour