Culture & Révolution

Sommaire

Liste par thèmes

 

Journal de notre bord

Lettre n°1 (27 septembre 2000)

Bonsoir à toutes et à tous,
(Nous tenons compte du fait que l'Homo sapiens internautique 
consulte en général son courrier électronique le soir. Mais 
nous disons " bonjour " à toutes celles et à tous ceux qui 
le font le matin avant de partir au travail ou de chercher 
du travail)

Tout d'abord un grand merci. Vous avez tous salué la 
création de ce site, souvent en termes très chaleureux. Nous 
nous sentons donc obligés de continuer...Mais bien sûr, nous 
comptons sur votre collaboration et votre intérêt soutenu.

Voici quelques réflexions que nous a inspiré l'actualité 
dans différents domaines, en nous autorisant aussi quelques 
retours en arrière pour mieux nous ancrer dans la réalité 
historique, voire préhistorique. En fin de lettre, vous 
trouverez des informations sur les nouveautés concernant le 
site. 

_________________________________________________

 Fric, mensonges et vidéo
 Renforçons et modernisons nos institutions
 Les chantiers de la transformation sociale 
 Blocages
 Suggestion aux Verts
 Conseils d'un scientifique  
 Retour sur l'année 1995
 Circulez ! Il y a beaucoup à voir 
 Un papier sur un poète
 Chroniques nouvelles...
 In situ
_________________________________________________

FRIC, MENSONGES ET VIDÉO
Les institutions des bourgeois français se portent mal. 
Tous, gouvernants et financiers, grands patrons et avocats 
d'affaires, politiciens et commentateurs lèche-bottes du 
pouvoir de l'argent, ressentent comme un malaise. Vu de 
notre bord, celui des salariés, des chômeurs, des sans grade 
et des sans fortune, on ne va pas pleurer. On va même en 
rire et en tirer les conséquences. Leur référendum a fait 
flop. 70 % d'abstentionnistes + 5 % de bulletins blancs et 
nuls. Les trois quarts de la population n'ont ni intérêt ni 
respect pour leur caricature de démocratie. Par contre la 
vidéo-cassette de Jean-Claude Méry fait un tabac. Avec 
l'argent versé par de grandes entreprises, Méry renflouait 
le RPR mais le PS et le PC n'étaient pas non plus 
complètement oubliés. Chirac nie tout. Mais l'autre jour il 
devait être dans un état de panique avancée pour avoir 
fauché l'adjectif " abracadabrantesque " au grand poète 
révolté Arthur Rimbaud. DSK n'est pas moins inquiet mais il 
a adopté l'attitude relax d'un Clinton répondant à la 
fameuse question " Avez-vous fumé du hasch dans votre 
jeunesse ? : " Oui, mais je n'ai pas avalé la fumée. " DSK 
avait la cassette mais il ne l'a pas regardée. Il l'a même 
égarée. Ca fait désordre mais c'est juridiquement béton pour 
s'en sortir. Par contre c'est mal parti pour DSK pour 
remplacer Tibéri à la mairie de Paris ou encore Roland 
Dumas, autre ex-ministre " socialiste ", à la tête du 
Conseil constitutionnel. Les politiciens de gauche comme de 
droite se déconsidèrent à un rythme accéléré. Tant mieux si 
nous savons en tirer parti. On savait déjà que la droite et 
la gauche gouvernementale se ressemblent beaucoup. Mais 
soyons justes, il y a des différences. Ainsi Jospin a 
procédé à beaucoup plus de privatisations que Juppé. Les 
ministres de droite avaient conçus des mesures anti-
ouvrières très efficaces pour les grosses entreprises. Mais 
les lois de Martine Aubry (" socialiste "), c'est tout de 
même le must pour les capitalistes et un très mauvais coup 
contre les salariés. Les cohabiteurs Chirac et Jospin sont 
autant des larbins des financiers l'un que l'autre. A 
présent ils sont sur la cassette, euh...la sellette l'un et 
l'autre, avec tous leurs amis de dix, vingt ou trente ans. 
Mais Jospin et Chirac sont aussi en concurrence à très court 
terme pour préserver l'image de marque de leur écurie 
politique. Cela ressemble fort à une crise politique qui est 
appelée à se pérenniser (pour employer un mot chic, très 
tendance). Ce qu'il y a de bien avec une crise politique de 
ce genre, c'est qu'elle peut favoriser la maturation d'une 
crise sociale. On va s'y préparer.

RENFORÇONS ET MODERNISONS NOS INSTITUTIONS : les nôtres, 
celles du monde du travail et de tous ceux qui refusent la 
dictature des marchés ! Les institutions des bourgeois sont 
pourries par l'argent. C'est normal elles sont faites pour 
défendre les intérêts des gens fortunés et les rouages du 
capitalisme. On ne va pas se lamenter ni se fatiguer à 
améliorer leur système politique. On ne peut pas en tirer 
grand chose à part d'utiliser à fond les libertés 
démocratiques conquises de haute lutte par le mouvement 
ouvrier. Ce qui est à notre portée, c'est de comprendre qui 
est qui. C'est de comprendre le fonctionnement de cette 
société et de son économie. C'est de renforcer nos 
organisations en les rendant plus démocratiques et plus 
dynamiques : les syndicats, les associations de chômeurs, de 
défense des droits des femmes, des droits des immigrés, les 
organisations d'extrême gauche, les collectifs anti-
capitalistes, les regroupements autour de revues 
révolutionnaires ou autour de la presse culturelle et 
sociale qui luttent contre la marchandisation de l'humanité 
et des ressources naturelles. Cette démocratie-là, à la 
base, nous en avons besoin pour le succès de nos luttes.

LES CHANTIERS DE LA TRANSFORMATION SOCIALE
Faisons un bref retour sur les luttes de l'été dernier et de 
la rentrée. A l'usine Cellatex (Ardennes), à Adelshoffen 
comme à Forgeval ou Bertrand Faure, les salariés se sont 
révoltés contre la suppression de leurs emplois. La 
nouveauté a résidé dans un état d'esprit des travailleurs 
plus nettement affirmé que dans d'autres mouvements du même 
type. Ils ne respectent plus " l'outil de travail " ! Ils ne 
veulent plus " sauver le site " mais sauver leur peau et 
celle de leurs proches ! Certains ont parlé à bon droit de " 
leur usine " car tout a été créé par les travailleurs et ils 
le clament. Ils savent que derrière le Xième plan de 
reconversion, il n'y a qu'une révoltante opération de " 
casse " humaine, de recyclage de salariés en chômeurs au 
long cours. Bref une nouvelle conscience de classe est en 
train de se forger. La mobilisation de Millau est surtout 
frappante par l'arrivée en force des jeunes qui veulent 
changer cette société et qui ont une grande soif d'échanges 
et de compréhension des problèmes fondamentaux concernant 
toute l'humanité. Ils fuiront les endroits où les débats 
sectaires ou byzantins se poursuivent vaille que vaille ; 
dans une ambiance de prétoire ou dans celle d'une amicale 
plutôt cool, où on se connaît si bien qu'on pourrait 
terminer les phrases des autres. Les jeunes investiront 
et/ou ils créeront les espaces de discussions réelles, ceux 
où se prépareront les combats qui changeront la face du 
monde. Sous des formes diverses, ce sont les mêmes 
adversaires qui ont été visés à Millau et à Cellatex. C'est 
aussi une force sociale cohérente qui est en gestation. Nous 
n'en sommes qu'aux prémices dans la constitution de cette 
force collective, composée d'hommes et de femmes sans 
illusions à l'égard des gouvernants et des financiers mais 
pleins d'espoir dans l'avenir de l'humanité. 

BLOCAGES
Il y a aussi des enseignements à tirer de la mobilisation de 
diverses corporations contre l'augmentation du prix du 
gazole. Bien des salariés ont vu cela d'un bon œil et 
étaient prêts à agir contre l'augmentation des carburants 
qui grève leur budget. Les directions des syndicats et celle 
du PC ne l'entendaient pas ainsi et n'ont rien organisé à 
temps, au moment où les dépôts des raffineries étaient 
bloqués par les transporteurs routiers. (Nous ne nous 
attarderons pas sur la manif cache sexe de Robert Hue, 
annoncée à la fête de l'Huma, une fois que tout était rentré 
dans l'ordre et que plus personne n'était mobilisable.) 
Pendant les blocages, d'après Bernard Thibault, secrétaire 
de la CGT, il ne fallait pas bouger par risque de soutenir 
les patrons routiers (tout à coup il se souvenait qu'ils 
surexploitaient leurs salariés). Les Verts ne voulaient pas 
encourager les pollueurs routiers (camionneurs ou 
automobilistes indistinctement, mais les grandes raffineries 
n'étaient pas mises en cause). A notre avis toutes ces 
raisons invoquées n'étaient en fait que des prétextes 
hypocrites pour ne rien faire et pour aider Jospin et 
Gayssot à se sortir du pétrin en douceur, avec l'appui 
discret mais remarqué du baron Seillière, chef du Medef 
condamnant les blocages. Dans cette affaire, il n'était 
évidemment pas question pour les salariés de soutenir les 
gros transporteurs mais de se retrouver aux côtés des 
milliers de travailleurs indépendants, camionneurs qui ne 
possèdent qu'un véhicule, les pêcheurs, les bateliers ou les 
petits exploitants agricoles. Justement pour ne pas laisser 
le leadership du mouvement aux grands patrons du transport 
routier. Il s'agissait de faire cause commune, travailleurs 
salariés et travailleurs indépendants, à la fois contre 
l'Etat qui taxe à tout va les carburants et contre les 
compagnies pétrolières qui salent la note pour faire des 
profits gigantesques sur notre dos. Ensuite les salariés 
n'auraient pas été en plus mauvaise posture pour exiger une 
augmentation générale des salaires, des retraites et des 
minimas sociaux, bien au contraire. Tous ensemble pour 2000 
francs de plus pour tous, ce ne serait pas du luxe (le luxe 
c'est plutôt du côté de gens comme Karl Lagerfeld). Bon, ce 
n'est pas trop tard pour mettre en avant une revendication 
de ce genre et pour se donner les moyens de l'obtenir, tous 
ensemble.

SUGGESTION AUX VERTS
qui voudraient sincèrement lutter contre des gros pollueurs:
qu'ils exigent de Jospin que l'armée française cesse de 
faire fonctionner ses tanks, ses bombardiers, ses porte-
avions, croiseurs et autres engins. La mesure peut être 
immédiate et sans dommage pour personne. L'environnement 
s'en porterait un peu mieux et les sommes ainsi économisées 
seraient consacrées au secteur hospitalier. Par exemple.

CONSEILS D'UN SCIENTIFIQUE (à l'usage de ceux qui se 
réunissent)
Pour les jeunes comme pour les plus anciens impliqués dans 
la lutte de classe, la recherche littéraire, artistique ou 
scientifique, nous relevons cette citation de Jorge 
Wagensberg, professeur de physique et directeur du musée de 
la Science à Barcelone, tirée d'un article paru il y a un an 
dans La Recherche : " Le pire ennemi du cerveau, c'est 
l'ennui et le ferment de l'ennui, l'absence de changement. " 
Cet homme, manifestement facétieux, proposait de modestes 
conseils pour " détourner, une bonne fois pour toutes, le 
cours de la civilisation ". Voici le premier : " Vous êtes 
en train d'assister à une réunion de plus de dix personnes. 
Si, quinze minutes après le début de la réunion, personne 
n'a encore souri, prenez visuellement note de l'emplacement 
de la porte. La critique s'annonce difficile. " (la suite 
dans notre prochaine lettre en fonction des expériences de 
réunions de chacun...)

RETOUR SUR L'ANNÉE 1995
Certains se disent déjà avec une certaine lassitude : " Ca y 
est, ils vont encore nous parler du mouvement de novembre-
décembre 95 ou du score d'Arlette Laguiller aux dernières 
élections présidentielles ". Pas du tout, chers amis. Bien 
que nous estimions que ces faits soient importants et aient 
une signification complémentaire, nous ne les aborderons pas 
aujourd'hui. Nous voulons simplement vous signaler que cette 
année-là a été marquée par au moins deux découvertes 
scientifiques importantes. En janvier 95 Michel Brunet et 
son équipe découvraient dans une zone désertique au nord du 
Tchad des éléments fossilisés (en particulier une mandibule) 
d'un nouvel hominidé, l'Australopithecus balhrelghazali, 
plus connu sous le nom d'Abel. Il serait plus ou moins 
contemporain de Lucy. Et alors, direz-vous ? La découverte 
d'Abel à l'Ouest de la Rift Valley pourrait changer 
sérieusement le scénario que les chercheurs avaient 
jusqu'alors subodoré concernant l'apparition des préhumains. 
En effet tous les fossiles d'hominidés découverts avant 1995 
l'ont été à l'Est du Rift. Selon la formule consacrée, 
l'enquête se poursuit mais le berceau de l'humanité reste de 
toute façon l'Afrique. Pour avoir quelques éléments 
complémentaires et pour situer cette découverte dans le 
contexte des diverses voies de recherche en paléontologie, 
il faut lire " Les origines de l'homme " (Les dossiers 
Historia, éditions Tallandier). Ce livre en format de poche 
regroupe une série d'articles courts et très abordables, 
notamment d'Yves Coppens, Pascal Picq, Frédéric Joulian, 
Christine Berge, Michel Brunet, André Langaney, etc. Il 
existe une vidéocassette intéressante (éditée par arte) sur 
la découverte d'Abel et les premiers enseignements qu'on 
peut en dégager. Ces dernières années, le secteur de la 
paléontologie et de l'anthropologie est en pleine 
effervescence. Pour ne pas se laisser trop distancer, nous 
recommandons la lecture (pas toujours facile mais très 
stimulante) du livre de Ian Tattersall " L'émergence de 
l'homme " (Gallimard) paru l'an dernier. La deuxième grande 
découverte intervient en octobre 95 avec l'observation par 
deux astronomes de Genève de deux planètes à l'extérieur du 
système solaire. Depuis c'est l'inflation. On en a 
découverts plus de soixante. Pour avoir la tête dans les 
étoiles et recevoir les dernières nouvelles en provenance du 
cosmos, il faut lire " Les Enfants du Soleil " d'André 
Brahic, astrophysicien. Ce livre paru également l'an dernier 
vient d'être réédité en poche (Poches Odile Jacob). Ajoutons 
que le livre commence par un rappel historique très 
intéressant sur l'évolution des idées concernant l'univers 
et qu'il se conclue, en appendice, par l'abjuration que 
l'Eglise extorqua à Galilée en 1633 : un document très court 
qui fait froid dans le dos...

CIRCULEZ ! IL Y A BEAUCOUP À VOIR
Il ne nous reste plus qu'un mois pour aller voir la 
rétrospective du peintre Gaston Chaissac, disparu en 1964, 
un des grands artistes de ce siècle, au Musée du Jeu de 
Paume à Paris. Ensuite il faudra attendre probablement dix 
ans, au bas mot. Toujours à Paris, Peter Brook doit 
présenter bientôt " Hamlet " de Shakespeare. Il n'est pas à 
son coup d'essai avec cet auteur et c'est toujours 
incroyablement vivant, inventif, avec de jeunes acteurs de 
diverses origines et des moyens matériels modestes. A 
Giverny, le village de Monet près de Vernon, le Musée 
américain présente jusqu'au 31 octobre une belle exposition 
sur des peintres américains du XIXe siècle axée sur le thème 
des rivières et des rivages et une autre exposition, non 
moins intéressante, de peintres américains de la période 
1900-1950 (oeuvres de Dove, Archipenko, Sheeler, Hopper, 
O'Keefe, etc). Au sous-sol ce musée présente des livres 
illustrés par des artistes du XIXe, notamment Winslow Homer, 
et l'on peut admirer une double planche de pics d'Amérique 
du Nord peints par le fameux aquarelliste et ornithologue 
Audubon.

UN PAPIER SUR UN POÈTE
A lire dans le n°792 (16 au 30 septembre 2000) de la 
Quinzaine littéraire, un article d'une double page de Gérard 
Roche intitulé " Benjamin Péret l'irréductible ". Outre une 
présentation de ce poète surréaliste et révolutionnaire anti-
stalinien, l'article signale les publications ou rééditions 
récentes de Péret ou sur Péret.

CHRONIQUES NOUVELLES...
Depuis la création de notre site le 12 septembre dernier, 
nous y avons introduit des points de vue sur " Dégraissez-
moi ça " de Michael Moore, sur le film " Kippour " d'Amos 
Gitaï, sur un roman policier anglais " Lumière froide " et 
sur le musicien Jimi Hendrix. Vous découvrirez aussi 
quelques citations nouvelles de Flora Tristan, d'Auguste 
Blanqui, de Rosa Luxemburg et de quelques autres. N'attendez 
pas un mois pour consulter à nouveau notre site car d'autres 
chroniques et rubriques sont en préparation. 

IN SITU (http://culture.revolution.free.fr/)
Pour permettre l'indexation de notre site sur le web, nous 
l'avons défini en une phrase : " Par plaisir et par 
conviction, nous créons des passerelles entre la culture et 
la révolution sous toutes leurs formes ; nous proposons des 
références, des citations et des critiques d'oeuvres ". Parmi 
nos liens nous avons ajouté le site de " Convergences 
révolutionnaires " dont nous ne connaissions que l'adresse. 
Nous accueillons parmi nos liens avec plaisir un site qui 
nous semble très utile car il propose des textes intégraux 
(en diverses langues) de grandes figures du marxisme 
révolutionnaire. Il s'agit du site d'Archive Internet des 
Marxistes : http://www.marxists.org/

Bien fraternellement à toutes et à tous

Samuel Holder
_______________________________________

 http://culture.revolution.free.fr/
  mèl: Culture.Revolution@free.fr
_______________________________________

Retour